Workshop photo dans les Hautes-Terres

Voyage de 10 jours (12 jours depuis chez vous) au sein d’un petit groupe de 4 à 10 participants, accompagnés par le photographe Denis Palanque assisté et conduit par un des meilleurs guides-chauffeurs de notre équipe.

Le jour permanent qui a duré trois mois prend fin dans les derniers jours de juillet. La nuit est de retour et s'installe progressivement pour quelques heures souvent entre couché de soleil  interminable et aube radieuse . A partir de mi-août les couleurs automnales s'installent sur les toundras des hautes-terres et les premières aurores boréales éclatent dans le ciel étoilé. 

Immersion totale au cœur des Hautes Terres sauvages de Fjallabak Sud ce voyage est un voyage à bord d'un véhicule 4x4 qui sillonne lentement le cœur des hautes-terres du sud une région exceptionnelle et très variée offrant des séries de paysages parmi les plus étranges sur terre.

La pluspart des spots photographiques sont sur la piste elle même qui traverse des paysages hors du commun et les arrêts peuvent être nombreux, presque toujours improvisés en fonction des jeux de lumières et de l'ambiance du moment.

Nous nous éloignons parfois à pied du véhicule ou du refuge pour atteindre quelques spot exceptionnels impraticables pour notre véhicule. En général ces randonnées durent autour de 2 heures et éventuellement un peu plus. Tôt le matin quand l'aube est radieuse nous sortons du refuge pour des prises de vue avant le petit-déjeuner,de même vers le crépuscule. Ces sorties sont adaptées à la météo, à la lumière et au rythme général et niveau du groupe de photographes. En général en milieu de journée, on déjeune au refuge ou on y collationne, on fait une sieste si nécessaire et avec votre guide- photographe vous parlez technique photographique et expériences.

Le guide-chauffeur francophone (dont le nom et les qualités seront communiqués ultérieurement) s'occupera des accompagnants non photographes pendant que les photographes et Denis seront accaparés par leur prises de vue.

Il n'y a pas ou peu de sentiers balisés dans cette région sauvage, mais le terrain est assez doux malgré quelques passages de gué bien glacés, mais amusants. Les dénivelés sont peu importants et aucun passage n'est vraiment vertigineux sauf une petite ascension facultative que peut  toujours vous proposer votre guide.

Dans son organisation, le rythme de ce voyage permettra toujours à quelqu'un se sentant fatigué un jour de rester au refuge ou dans le véhicule pour s'y reposer paisiblement et confortablement, de s'y rassasier et de faire des images dans les proches alentours.

Voyage ouvert aux non-photographes (dans la limite des places disponibles)
Votre conjoint, mari ou ami(e) qui est un voyageur-randonneur, mais qui n’est pas un photographe comme vous l'êtes, peut tout à fait s’inscrire à ce voyage avec un rabais (-70 000 kr ou environ 500 €). Tout le monde voyage ensemble dans le véhicule à travers le pays. Pendant leurs randonnées photo, les photographes bardés de leur matériel marchent à leur propre rythme et et souvent à des heures particulières, Le guide-chauffeur islandais francophone qui est un excellent connaisseur de son pays accompagnera les non-photographes. Le soir au refuge, autour d'un bon dîner, nous profitons ensemble de la vie et de l'amitié tout au bout du monde.

Code
Du
au
Durée
Prix / Estimé
Langue
Dispo.
Réserver
Pour modifier le prix indicatif dans la devise de votre choix, sélectionnez-le dans la liste disponible en haut à droite de cette page.
Les taux de conversion proviennent de la Banque Nationale islandaise.
Photographer
17 Aug 2021
26 Aug 2021
10 jours
500000 ISK / 3355 EUR
International 4
Accompagnant
17 Aug 2021
26 Aug 2021
10 jours
450000 ISK / 3020 EUR
International 4

Jour 1: Reykjavik – Les fermes de l'Hekla

Route 160 km – Refuge de Rjúpnavellir (220 V)
Rendez vous à la gare routière de Reykjavik (BSI) où vous accueille votre guide. Soyez en tenue de randonneur, prêt à partir, avec votre sac à dos de la journée et votre grand sac de voyage bouclé. (Un bagage peut être gardé à la consigne de votre hébergement à Reykjavik ou à notre entrepôt sur la côte sud). Départ pour 2 heures de route à travers les landes du sud. Court arrêt à notre entrepôt dans le village de Hella où nous chargeons les vivres et l’équipement. Après une heure de piste nous commençons la randonnée vers les minuscules fermes de l'Hekla au sud du volcan. Ces fermes ont dû déménager maintes fois au cours des siècles et les paysans ne sont pas toujours d’accord quant à se souvenir de l’emplacement exact de la ferme des grands-parents engloutie par une coulée. Ambiance bucolique et délabrée, pleine du charme de cette étrange campagne. Campement sur la prairie. Malgré le volcan tout proche, le paysage est ici est verdoyant, et certaines coulées anciennes sont couvertes de mousse et de bouquets de bouleau arctique à peine plus grands et aussi vieux que des « bonsaï », créant avec des sources limpides qui jaillissent du chaos de vrais jardins japonais.

Jour 2 : Lacs des Veiðivötn
140 km de piste A/R –  Refuge de Rjúpnavellir (220 V)
Au milieu d’une vaste étendue de sable noir interrompue à l’horizon par quelques chaines parallèles de petits cônes volcaniques tout aussi noirs, s’étale un chapelet de petits lacs de cratère. Ce sont les Veiðivötn, les lacs de la pêche. Leur brillance et leur couleur aux innombrables nuances de bleu et l‘étroite bande végétation vert fluo qui les borde en font de véritables joyaux posés sur le velours noir profond environnant. Les lacs sont reliés entre eux par de cours ruisseaux parfois par de petites cascades. Les seuls humains du coin que l’on rencontre parfois sont quelques pécheurs solitaires plantés dans l’eau et que nous éviterons de déranger. Les magnifiques truites géantes du coin sont une espèce quasi endémique, impressionnante puisqu’elle dépasse en taille et poids bien des saumons. Sur chaque lac niche un couple de plongeon imbrim qui de temps en temps pousse un cri puissant et nostalgique. (Allez l’écouter et l’admirer sur You Tube : Great Northern Diver – Huard en québécois – Gavia immer).

Jour 3 : Landmannalaugar – Fjallabak Nord 
110 km de piste  – Refuge à Eldgjá (220 V)
La piste attaque le dernier rempart de palagonite qui protège les derniers lambeaux de campagnes des terres brûlées. De l’autre côté, nous arrivons sur la lune, au pied même du monstre, et traversons une étendue de scories d’une parfaite platitude. Le noir environnant est si sombre qu’il en devient bleu comme le plumage d’un corbeau. Minuscules, nous progressons dans un monde entièrement minéral sur la plaine de scories infinie qui borde le flanc oriental du volcan, où ont été vomies la plupart des coulées des dernières éruptions. Certaines coulées ont moins de six ans, certaines commencent à être enfouies sous les scories noires, parfois de pouzzolane beige, car l’Hekla a aussi des éruptions acides. Des lichens argentés et les mousses de velours vert s’installent sur les coulées de lave. En s’éloignant de l’Hekla, le paysage s’adoucit, et le vert de la toundra gagne petit à petit sur les étendues de scories noires qui pleuvent sur le pays à chaque éruption. Nous atteignons la couronne de Loðmundur, ancien volcan sous-glaciaire se reflétant dans le magnifique lac de Loðmundarvatn. Notre chemin se poursuit à travers les chatoyantes couleurs des massifs de magma rhyolitique qui mènent vers la vallée de Landmannalaugar. Incroyable palette de couleurs pastel, du bleu au rose en passant par toutes les ocres possibles. Progression à travers les chatoyantes couleurs des massifs rhyolitiques et la coulée d’obsidienne de la caldeira de Hrafntinnusker, « les écueils du noir de corbeau ». Innombrables fumerolles, mares de boue sulfureuse, coulées d’obsidienne vitrifiée, marécages, lacs limpides et calottes glaciaires immaculées se succèdent à perte de vue.

Jour 4 : Option Langisjór et les Fagrifjöll
100 km de piste A/R – Refuge à Eldgjá (220 V)
Une journée entière vers le Lac Langisjór « la longue mer » inséré dans son écrin de cendre noir et de mousse verte fluo. Nous marchons le long du lac sur la chaîne étroite des Fagrifjöll, parfois sur ses sommets arrondis. Leur nom signifie les belles montagnes. Connaissant la sobriété de la langue islandaise, il faut qu’elles le soient pour mériter une telle appellation. Nous progressons sur l‘étroite échine verte et noir des Fagrifjöll, parfois sur le rivage du lac, parfois sur les butes les plus faciles, admirant les étendues de lave en partie inondées du Laki vers le sud et vers le nord, le majestueux et étroit lac turquoise qui s’étend sur des dizaines de kilomètres, vers la masse de glace de l’immense Vatnajökull. Suivant la météo et l’état de la troupe nous faisons l’ascensions raide mais facile (et facultative) du Mt Sveinstindur le plus grand cône la chaîne des Fagrifjöll et d’où l’on admire un panorama fabuleux sur 360°.

Jour 4 : Option Faille de Eldgjá 
40 km de piste A/R – Refuge à Eldgjá (220 V)
Randonnée le long de la faille d’Eldgjá, « la gorge du feu », la plus grande faille éruptive à la surface de la planète. Malgré tous ces superlatifs, les minuscules petits paysages y sont à l’aise, sources, ruisseaux d’eau limpide, petit jardin zen… Le doux paysage du « crochet des lacs des cygnes », où nous faisons étape, ferait presque oublier que ce pays est le résultat de cataclysmes à répétition. . C'est le guide seul qui décidera de choisir l'option de ce jour 4 en fonction principalement de la météo , de l'état des pistes et de son experience.

Jour 5 : Vik-í-Myrdal 
100 km de route A/R - (220 V)
Nous sommes, à l’orée des terres habitées du district de Skaftafellssýsla, en bordure de l’énorme fleuve de lave pétrifiée du Laki. Descente des hautes-terres vers les fermes et la route circulaire n°1 le long de la Côte Sud avec un arrêt à Vik pour admirer les rouleaux d'écume sur l'immense plage de sable noir. Jusqu'à mi-août on peut observer en grand nombre les Macareux moines qui nichent en grand nombre sur le rebord herbu des falaises.

Jour 6 : Fjallabak Sud - Hólmsárlón 
50 km de piste –  Refuge (sans électricité)
Après cette incursion sur la côte nous reprenons une autre piste qui grimpe vers Fjallabak Sud.  Le refuge de Strútur est situé dans l’étrange paysage qui se situe entre le flanc sud de la caldeira de Torfajökull et la calotte glaciaire du Mýrdalsjökull.

Jour 7 : Fjallabak Sud - Hólmsárlón 
50 km de piste  – Refuge (sans électricité)
Progression sur les rives du long et étroit lac Hólmsárlón. On atteint, au lieu-dit « les fonds rouges », l’extraordinaire lac turquoise de Hólmsárlón et les chutes d’eau du bout du lac qui plongent dans un cratère rouge..

Jour 8 : Torfajökull – Mælifellssandur
50 km de piste – Refuge (sans électricité)
Par la piste de Fjallabak Sud qui parfois disparaît sur le désert humide de Mælifellssandur où l’énorme calotte glaciaire du Mýrdalsjökull vient mourir en pente douce régulière. Au milieu de cette étrange platitude noire que souvent l’eau de fonte laiteuse envahie se dresse le cône solitaire de Mælifell couvert de mousse fluorescente (rendu célèbre par les photos aériennes de grands photographes). Puis entre Hvanngil et le Laufafell la piste s’élance dans la montagne traversant plusieurs alignements de cônes verts tous alignés dans le sens de la ride médio atlantique. Ces chaînes miniatures qui se donnent des allures de grandes montagnes encadrent des vallées marécageuses couvertes de linaigrette où divague de clairs torrents.

Jour 9 : Caldeira de Hrafntinnusker
30 km de piste A/R – Refuge (sans électricité)
À travers les chatoyantes couleurs des massifs rhyolitiques et la coulée d’obsidienne de la caldeira de Hrafntinnusker, « les écueils du noir de corbeau ». Incroyable palette de couleurs pastel, du bleu au rose en passant par toutes les ocres possibles. Innombrables fumerolles, mares de boue sulfureuse, coulées d’obsidienne vitrifiée, marécages, lacs limpides et calottes glaciaires immaculées se succèdent à perte de vue.

Jour 10 : Krakatindur – Flanc Est de l’Hekla - Reykjavik
30 km de piste – 120 km de route
Progression vers l’Hekla à travers d’immenses étendues de scories en partie couverte de lichen argenté et d’innombrables coulées de lave anciennes. Paysage lunaire dédiée entièrement à l’Hekla qui domine tout le paysage. Un étrange monolithe trône au milieu du néant d’un paysage digne du Seigneur des anneaux. La piste se poursuit toujours sur la lune en direction des Tindfjöll puis soudain plonge vers la pampa herbeuse de Rangá au bout de laquelle se trouve le rivage de l’océan. Route pour Reykjavik où l’on arrive en milieu d’après-midi. La route décrite ici peut être légèrement modifiée, suivant la saison et les conditions naturelles du moment comme des congères tardives barrant encore la piste en juillet où des signes précurseurs d'éruption de l'Hekla.

Itinéraire et sécurité : le programme jour par jour peut être modifié ou même inversé. Cependant assez rares, ces changements sont imposés pour des raisons de sécurité dues à des phénomènes naturels spécifiques du lieu : volcanisme, enneigement précoce ou tardif, intempéries, rivières en crue, météo exceptionnellement défavorable… Le guide connaît parfaitement le terrain et est seul maître à bord lorsqu’il faut interpréter les caprices de la nature toute puissante sur cette terre volcanique, et sous ces hautes latitudes, et prendre les décisions nécessaires.

Composition du groupe : En général, les participants à nos voyages proviennent de plusieurs pays : des francophones de France, de Suisse, de Belgique et du Québec mais aussi des anglophones : des Britanniques, des Irlandais, des Américains (tendance démocrates), des Canadiens, des Australiens, voir des Néo-Zélandais ou d’autres nations mais qui savent s’exprimer en anglais : des Scandinaves, des Allemands, parfois une Japonaise ou un Russe et même quelques Islandais.
Votre guide islandais ou français parle couramment le français et l'anglais et a souvent la maitrise d’au moins une autre langue européenne. Voyager avec Fjallabak peut représenter une occasion unique de rencontrer, d'échanger des idées et de socialiser avec des compagnons d'autres pays que le vôtre et qu’autrement vous n'auriez peut-être jamais approchés. Une occasion unique de se faire des amis venus d’ailleurs et de tordre le cou à certains préjugés et idées fausses bien encrées

Langues parlées : les dates de départ sont toutes marquées comme :

  • International, (multinational serai plus juste) cela signifie que le guide s’exprime aussi bien en anglais qu’en français (voir éventuellement en d’autres langues). Les participants peuvent être du monde entier à condition qu’ils parlent au moins une de ces deux langues : le français et/ou l’anglais
  • Français, cela signifie que le guide est francophone comme le groupe qui est composé uniquement de participants de pays francophones (Suisses, français, québécois, belges, etc.) ou de non francophone de naissance voulant perfectionner leur français
  • English, cela signifie que le guide et le groupe s’exprime en anglais. Ceci dit ce guide parle surement aussi d’autres langues, dont peut-être le français (renseignez-vous). Le groupe est composé de participants de pays anglophones ou de participants de nation non-anglophone ayant une bonne maitrise de l’anglais. Si vous voulez mettre votre anglais à l’épreuve, n’hésitez pas à vous inscrire sur un groupe anglophone. Une double expérience pour vous.

Taille du groupe : Groupe de 4 à 12 (+/- 1) participants (Note : pour les groupes de 4-5 personnes, un supplément petit groupe s'applique) Le staff de Fjallabak ou les représentants de Fjallabak accompagnant des professionnels (photographes, journalistes, etc.) Et autres voyageurs à prix réduit tels que les enfants, sont exclus du nombre de participants (minimum et maximum).

Supplément petits groupes : 

  • 24.000 ISK (env. + 200 €) pour 5 participants
  • 36.000 ISK (env. + 300 €) pour 4 participants

Hébergement pendant le trek : Logement en sac de couchage (le vôtre) dans trois refuges de montagne : Couchettes avec  matelas confortables. Eau courante et cuisine dans le refuge, mais les wc et lavabos sont en général à l’extérieur à quelques mètres dans un petit un petit bâtiment à part. Des douches chaudes payantes sont disponibles dans le premier refuge. Si vous ne souhaitez pas trop de promiscuité pendant les heures de sommeil ou plus d’intimité, nous pouvons vous proposer une tente double ou single à condition que vous nous préveniez bien à l'avance.

Electricité : prévoir suffisamment de piles pour votre appareil photo car il ne vous sera possible de recharger piles et batteries. Cependant prenez aussi un chargeur normal 220v pour prises standard européenne.

Nourriture : Nous sommes fiers de fournir la meilleure cuisine dans les hautes-terres ! Le petit déjeuner est de style scandinave, avec muesli, pains, confitures, poisson fumé, charcuterie et fromage. Les piqueniques sont un peu répétitifs au bout d’une semaine (nous sommes en Islande), avec une variété de sandwich, de viandes fumées et de poissons, d’excellent fromages locaux, salade verte, tomates et concombres. Les dîners, variés et souvent excellent, comprennent des plats de poisson et de viande d’agneau, servis avec des pâtes, du riz ou des pommes de terre, des légumes et une salade verte.

Pour la convivialité, mais sans obligation, vous pouvez apporter de chez vous une spécialité de votre pays d'origine ainsi qu'une bonne bouteille pour vos apéritifs au bout du monde.

Nourriture, régimes spéciaux : Il est essentiel que les végétariens précisent ce qui est banni de leur menu, comme ceux qui souffrent d'allergies alimentaires (au lactose, au gluten, etc.). Il est important que vous nous préveniez de vos exigences alimentaires spéciales au moment de la réservation. Si la liste est longue ou s’il y a danger par rapport à certaines allergies, merci de nous donner des précisions par un mail détaillé envoyé à ces deux adresses matta@fjallabak.is et lager@fjallabak.is  Ceci afin que l‘équipe de notre entrepôt (lager) puisse en tenir compte dans la préparation des vivres. Votre guide sera au courant de votre régime, mais il n’a pas forcément la vocation d’un naturopathe, et donc ce sera à vous de le lui en reparler dès le début du voyage au moment de la préparation du premier repas ! C’est aussi à vous de contrôler à chaque repas, que cela vous convient.

Nous ne pourrons satisfaire qu’en partie les végétaliens qui devront donc emporter dans leur bagages les compléments alimentaires dont ils ont besoin.

Véhicule 4x4 : Un véhicule 4x4 s’occupe à l'aller et au retour du transport des bagages, du matériel jusqu'à notre refuge camps de base. Puis le véhicule nous conduit chaque jour aux lieux différents.

Préparation du voyage et notes:  Le niveau de marche est de modéré à soutenu. Vous ne portez qu'un léger sac contenant ce dont vous avez besoin pour la journée. Cette randonnée ne présente aucune difficulté sérieuse pour les personnes en bonne forme physique ayant au moins une certaine expérience de longue marche en montagne.

Un guide islandais ou français expérimenté et attentionné mène le trek. Nous ne sommes pas au Népal mais en Islande, aussi on s'attend à ce que les membres du groupe, à tour de rôle, donnent un petit coup de main à leur guide pour la préparation des repas, mettre le du couvert, faire la vaisselle et passer un coup de balais avant de quitter le refuge; monter et démonter la tente quand on campe. Une fois dans les montagnes, le groupe devient une entité indépendante. La camaraderie, le travail d'équipe et les amitiés forgées, ajoutent beaucoup à la richesse de l'expérience de chaque personne. Ce trek explore des zones totalement désertiques. La plus grande partie des randonnées sont hors-sentier, avec des conditions de terrain en constante évolution. Par conséquent, des chaussures de randonnée robustes, et faites à votre pied sont un must. La plupart des jours impliquent des passages de rivière à gué, aussi il est essentiel de ne pas oublier ses sandales. Consultez la liste d'équipement pour plus d'informations.

Vous randonnez 6-7 heures par jour, en moyenne, mais cela peut être plus long, selon les conditions météorologiques, le niveau moyen du groupe. L'altitude maximale ne monte pas plus de 1000m. Le changement d'altitude pour la plupart des jours ne dépasse pas 300 m.

 

Bagages :

  • Grand sac de voyage de trekking (Duffle bag) en toile impermeable 95-100 litres maximum pour tous vos vêtements et votre sac de couchage (pas de valise rigide) - Eventuellement 2 sacs de trekking de 50 litres.
  • Sac à dos photo imperméable ou avec house imperméable

Chaussures :

  • Chaussures de randonnée tenant bien les cheville et les pieds, légères, comfortables, solides et imperméables.
  • Sandales de randonnée pour passer les gués et pour le refuge. de préférence recouvrant les doigts de pied, type Keen Newport.

Vêtements :

  • Sous vêtements réguliers. Synthétiques ils sont faciles à laver et à sécher
  • Caleçons longs iso thermiques en polyester capilène
  • Maillot de corps à manche longue en capilène ou (luxueux) en laine mérinos naturelle
  • Tee-shirt iso thermique, à manches longues de préférence
  • Pull ou veste en laine polaire (Carline)
  • Pantalons de montagne
  • Short
  • Veste ou gilet en duvet (après mi-août)
  • Chemise laine & fibres confortables
  • Pantalon en fourrure polaire pour le confort le soir (en hiver et à partir de septembre)
  • Chaussettes en laine crue naturelle bouclée ou synthétique (quelques paires)
  • Bonnet en laine
  • Gants en laine étanches
  • Chapeau pluie/soleil sauf en hiver
  • Surpantalon ou salopette en Goretex
  • Veste en Goretex avec capuche
  • Sandales de randonnée pour passer les gués

Accessoires de voyage

  • Sac de couchage spacieux (-10°C à + 10°C)*  avec fermeture éclair pouvant servir de couette
  • Drap de lit en coton sans élastique pour mettre entre vous et le matelas dans les refuges
  • Petit oreiller calle tète (facultatif)
  • Chaussons ou pantoufles pour le refuge
  • Gourde incassable
  • Lampe frontale + 1 jeu de piles de rechange (à partir d’août)
  • Canif (N’oubliez pas de ranger : Tous vos objets tranchants dans le bagage de soute)
  • Maillot de bain
  • Serviette-éponge type Speedo ou Packtowl (très pratique !)
  • Trousse de toilette
  • Pharmacie personnelle (Électroplaste, aspirine, pansements, boules Quies...)
  • Crème solaire hydratante et stick lèvres
  • Lunettes de soleil hautes protection et étui
  • Lunette de vue de rechange
  • Masque en tissus pour les yeux en juin et juillet
  • Matelas léger de bivouac auto gonflable (pour les raids avec portage uniquement)
  • Filet Anti-Insectes protection tête-visage en juin et juillet *

 * Il n'y a pas de moustique en Islande (pas encore), mais au début de l'été des nuées moucherons envahissent les bords des rivières et les lacs des basses terres comme le Lac Myvatn "lac des moucherons". Avec le réchauffement du climat les moucherons commencent à coloniser maintenant certaines zones des terres plus hautes pourvues de végétation humide. Les périodes d'éclosion sont courtes, mais extrêmement pénibles pour le randonneur, aussi des gants une chemise à manche longue et surtout un filet de protection qu'on enfile sur la tête par-dessus le chapeau ou le bonnet peut vous sauver si vous vous retrouvez un jour sans vent au milieu de nuées de ces très énervantes bestioles. Vous ne vous en servirez certainement pas mais vous serez soulagés de l'avoir le cas échéant... et ce n'est pas un énorme investissement.

Accessoires facultatifs mais recommandés

  • Bâtons de marche télescopiques
  • Paire de jumelles plates
  • Sifflet puissant (brouillard)
  • Piles ou batteries de rechange
  • Chargeur de piles sur secteur (220V) prise européenne
  • Petit kit de couture
  • Crayon papier + petit carnet
  • Bon bouquin
  • Guide (ornithologique, botanique, géologique)
  • Snack / Confiserie
  • Suppléments protéiniques si vous êtes végétarien
  • Une petite spécialité de votre « terroir », (convivialité) ex : fromage, petit saucisson…
  • Une ou deux bouteilles de bon vin (facultatif mais très apprécié)

En cas d’hésitation, surtout contactez-nous pour discuter de votre équipement !

No image